Vous êtes ici

Portrait d'Ambassadeur - David Mehr

Vous êtes membre du Club des Ambassadeurs d'Alsace. Pouvez-vous nous expliquer les raisons de votre engagement ?

"J'aimerai, grâce à mon engagement et en parlant de mon parcours, donner aux jeunes l'amour de notre belle région ainsi que leur donner le goût de la gastronomie, notamment la gastronomie alsacienne. J'aimerais également les pousser à effectuer de nombreux concours, pour les portes qu'ils ouvrent et les précieux contacts et liens qu'ils créent."

Pouvez-vous nous décrire votre activité ?

"Je suis actuellement second de cuisine chez Eric Westermann. En tant que second, mes activités sont les suivantes : seconder le Chef afin que les règles mises en place soient respectées, aider à la création des menus et de la carte, gérer les différents problèmes du quotidien dans la cuisine, remplacer des employés absents sur les différents postes de la cuisine, etc."

Quel a été votre parcours ?

"Depuis tout petit, je mijote dans les casseroles de l'affaire familiale, le restaurant Au Cerf à Roeschwoog, une Winstub que mes parents tiennent depuis plus de 25 ans.

A mes quinze ans, c'est avec logique que j'intègre le CEFPPA d'Illkirch Graffenstaden afin d'y préparer les diplômes du Certificat d'Aptitude Professionnelle et du Brevet Professionnel (en alternance avec Le Cygne à Gundershoffen (2*), à l'époque d'Annie et François Paul). 

J'ai ensuite entamé une aventure extraordinaire aux côtés de Marc Meurin au Château de Beaulieu à Busnes (2*) dans le Nord-Pas-de-Calais. 

J'ai continué mon chemin jusqu'à ce qu'il croise celui du grand chef triplement étoilé Yannick Alleno, qui m'a entraîné à Courchevel l'année de l'ouverture du restaurant Le 1747 au Cheval Blanc. C'est en fin de saison qu'il me propose de le suivre au Meurice à Paris. 

Et c'est après un petit bout de temps que le fameux "Heimweh" me fait revenir dans ma si belle région natale, l'Alsace. 

C'est prêt pour une nouvelle aventure que je décide de frapper à la porte du Buerehiesel à Strasbourg ou le chef Eric Westermann me propose un poste de chef de partie qui évoluera rapidement sur une place de second de cuisine."

Comment s'exprime votre engagement en faveur de l'Alsace ?

"Dans mon métier, il est très important de travailler et de valoriser les acteurs locaux (éleveurs, fermiers, maraichers…) surtout dans un contexte de commerce international ou la facilité peut vite prendre le dessus. Je tiens également à faire vivre les artisans locaux (potiers…) en favorisant leurs produits."

Êtes-vous  Alsacien(ne) d'origine ou de cœur ?

"D'origine, oui. De coeur, plus que jamais ! La diversité des paysages, le patrimoine, la culture gastronomique et bien entendu notre traditionnel "Elsassisch" me remplissent de corps et d'âme."

Qu'est-ce qui vous plaît le plus en Alsace ?

"La nature chaleureuse des alsaciens et leur goût du partage."

S'il n'était possible d'utiliser qu'un seul argument, lequel choisiriez-vous pour inciter un de vos contacts à venir en Alsace (pour visiter, étudier, travailler ou vivre) ?

"Sans hésiter la nature ! Je suis un fervent amoureux de la nature. Que ce soit ses vastes prés remplis de champignons, sa montagne abondante en gibier ou ses étangs et rivières abritant de nombreuses espèces de poisson."

Quels sont vos « outils » pour vendre l'Alsace ?

"Je dirais que seul l'amour de ses habitants pour leur région serait suffisant pour vendre l'Alsace à un prix des plus élevé !"

Si l'Alsace était...

  • Un moment ? "Une soirée enneigée au marché de Noel de Strasbourg, devant la Cathédrale, avec un vin chaud et une Bretzel à la main."
  • Une histoire ? "L'histoire d'amour durable avec ma compagne qui a débuté au Messti de Roeschwoog."
  • Un cadeau ? "Une belle poterie pour le goût qu'elles donnent à nos merveilleux Baeckeoffe."
  • Un sens ? "Sans hésiter le goût. Comment résister à une bonne tarte flambée, d'autant plus tentante lorsque votre mamama y a mis tout son amour et son savoir faire ?"
  • Une personne ? "Une ne suffit pas, je citerais volontier toute ma famille pour les valeurs et l'amour de l'Alsace qu'elle m'a inculquée." 

Un mot pour la fin ?

"Elsässer für a Tag, Elsässer für immer !"

Partager