Vous êtes ici

Portrait d'Ambassadeur - Michaël Bechler

Rencontre avec Michaël Bechler, Ambassadeur d'Alsace et CMO Soul.City - UX Designer chez NaoDesign - DG Jolifish Europe - LeanStartup Consultant.

Vous êtes membre du Club des Ambassadeurs d'Alsace. Pouvez-vous nous expliquer les raisons de votre engagement ?

« Comment ne pas dire des évidences ? Alsacien mais surtout citoyen du monde et grand voyageur, j’ai eu l’occasion de me rendre compte que l’Alsace est bien plus qu’une marque auprès de ceux qui nous observent. C’est un savoir-être, un gage de sérieux et de fidélité. Alors je me sens assez naturellement en phase avec toutes les initiatives qui portent ces valeurs. Et si dans mes activités Internationales je peux porter ce message, je suis forcément un ambassadeur. »

Pouvez-vous nous décrire votre activité ?

« Mon parcours d’entrepreneur m’a permis de mettre mes compétences de designer au service de la simplification des usages. Toute entreprise est censée vendre des produits ou services qui résolvent des "problèmes". Parfois elles ont tendances à l’oublier, voire pire en créent de nouveaux. Mon métier consiste aujourd’hui à accompagner des porteurs de projets pour se concentrer sur l’essentiel, pour résoudre de véritables problèmes et les aider à transposer tout ça en produits, messages, outils, etc… J’accompagne du coup pas mal de startups et je suis co-fondateur de certaines d’entre elles.

Celle qui touche le plus l’Alsace à travers le monde, c’est Soul.City. C’est une startup que j’ai co-fondé avec des amis québécois et qui tente à résoudre le problème de découverte des villes en fonction de son humeur, de ses émotions, de ses passions. Ça s’est finalement traduit par une application mobile qui propose des parcours créés par des passionnés « locaux » qui veulent faire découvrir l’âme de leur ville différemment. L’application vous prends par la main et vous emmène de point en point, que vous soyez en mode romantique, passionné du street-art, en famille, gourmand, etc…

Strasbourg et Montréal ont été les 2 premières villes présentes dans l’application et près d’une dizaine de nouvelles vont apparaitre dans les prochains mois. A quand un parcours « je me sens alsacien » dans toutes les villes du monde ? »

Quel a été votre parcours ?

« Après des études d’Arts Plastique et un cours séjour en agences de communication, je me suis mis à mon compte en tant que designer graphique, avec très rapidement une forte appétence pour le monde du digital. J’ai dirigé plusieurs agences de communication, en France et au Canada, fondé une startup et j’ai finalement du assumer son échec.

De ces expériences et de la recherche du « pourquoi », je me suis mis à partager le fruit de mes « trouvailles » (le lean-startup, le design expérientiel, le growth-hacking…) en essayant de mettre au cœur de tous mes conseils l’expérience des utilisateurs et la simplification des usages. J’ai naturellement créé, participé et accompagné de nouveaux projets. Je travaille aujourd’hui surtout entre Strasbourg et Montréal pour enseigner, conseiller et surtout apprendre de la mixité des cultures. »

Comment s'exprime votre engagement en faveur de l'Alsace ?

« Quand on a lancé SoulCity avec mes associés canadiens, j’ai absolument souhaité montrer le dynamisme de Strasbourg et de l’Alsace en déployant immédiatement des parcours à Strasbourg.

L’enjeu était de prouver à mes associés l’intérêt de garder à Strasbourg les équipes européennes. Ça nous a permis de rencontrer et de travailler avec nombre d’acteurs du tourisme, privés, institutionnels et engager même des échanges alsacos-québécois. »

Êtes-vous  Alsacien(ne) d'origine ou de cœur ?

« Je suis né à Colmar et j’ai lancé il y a quelques années la communauté des #elsasspower, qui devrait bientôt renaitre de ses cendres... »

Qu'est-ce qui vous plaît le plus en Alsace ?

« Sa culture, son histoire, quand je fais visiter l’Alsace à mes amis québécois je me rends compte de la chance que nous avons et de l’émerveillement qu’elle suscite. Je pense que ces valeurs de fraternité et d’entraide se perdent peu à peu, mais j’espère que tous ceux qui se revendiquent alsaciens de souche et de cœur puissent se rappeler de ces valeurs. »

S'il n'était possible d'utiliser qu'un seul argument, lequel choisiriez-vous pour inciter un de vos contacts à venir en Alsace (pour visiter, étudier, travailler ou vivre) ?

Viens toucher du doigt plus de 1 000 ans d’histoire et de culture.

Quels sont vos « outils » pour vendre l'Alsace ?

Soul.City, naturellement ;-)

Si l'Alsace était...

  • Un moment ? l'apéro
  • Une histoire ? la fantastique histoire de la cathédrale, restée pendant des siècles le plus haut monument du monde.
  • Un cadeau ? pour faire découvrir l’Alsace à quelqu’un que j’apprécie je lui fais une tarte flambée maison, je la cuis au Gooker (invention alsacienne) et je lui fait boire un Riesling de Zimmer à Riquewihr.
  • Un sens ? le 7e sens, celui qui permet à un véritable alsacien de savoir en quelques minutes si la personne en face de lui sera juste une connaissance ou un ami pour la vie.
  • Une personne ? Albert Schweitzer

Un mot pour la fin ?

« J’invite tous les alsaciens à redécouvrir Strasbourg à travers Soul.City et à nous proposer leurs propres expériences, de nouveaux parcours, dans toutes les villes d’Alsace. Mais aussi tous les alsaciens du monde à nous proposer des parcours dans leurs villes d’adoption, et ainsi transmettre aux voyageurs du monde entier le feeling « Alsacien ». Et, bien évidemment de l’installer dans tous les smartphones des visiteurs qu’ils croisent ! »

www.soul.city

Partager